CARRIERE DE PILOTE YANN PERRAULT

Yann PerraultAprès avoir officié en tant que pilote de ligne pour Air Liberté, Yann Perrault a rejoint l'aviation privée il y a quelques années.

Pilote de jet, nous l'avons contacté pour en savoir plus sur son parcours atypique.

Avez-vous eu toujours envie d’être pilote ? Quel a été votre parcours pour y parvenir ?

Avec une curiosité naturelle à comprendre le monde qui m’entoure et donc l’ingénierie qui le façonne, j’ai été très tôt attiré par l’Aéronautique et l’Aviation en particulier.

Je me suis donc inscrit dès mon adolescence en Aéro-Club pour apprendre à piloter, puis je suis allé dans les meilleures écoles de Pilotage Professionnel.

Une grande motivation, ainsi que le coup de pouce d’une Compagnie Aérienne Air Liberté qui m’a donnée ma chance pour débuter et en laquelle je n’ai pas hésité à m’investir pendant 8 ans, jusqu’à sa disparition.

Quel fût votre premier vol ?

Mon premier vol eu lieu sur les genoux d’un Commandant de Bord à piloter une Caravelle à l’âge de 6 ans.
Autres temps, autres mœurs et un souvenir incroyable d’un avion de ligne à l’ergonomie de cockpit qui pourrait ressembler au sous-marin du Capitaine Némo dans les romans de Jules Verne.

Préférez-vous voler en hélicoptère ou en avion ?

Deux approches de vol très différentes, mais passionnantes car complémentaires.

Un rêve de pilotage pur en hélicoptère, lorsque la vitesse ne permet plus à l’avion de voler et qu’il faut alors jouer de dextérité pour évoluer dans un mouchoir de poche et se poser au plus près de sa destination, parfois juste au devant d’une société ou d’une usine.

Très prochainement, des engins de type TiltRotor permettront sur des distances moyennes d’offrir la quintessence des deux solutions aux passagers VIP.

Pourquoi êtes-vous rentré dans l’aviation privée ?

Si l’aviation commerciale à tout son sens, l’aviation privée permet au Pilote une approche plus directe du service au Client, sans négliger la maitrise des coûts.
Les opportunités de carrières ont fait le reste.

Qu’apporte Netjets dans cette industrie ?

Netjets à été le pionnier dans l’aviation d’affaire en propriété partagée.
Un actionnariat fort, a permis d’assoir un développement rapide et structuré, permettant par la même une plus grande production d’avions d’affaires, et d’ouvrir ce marché à de nouveaux profils de Clientèle.

Qu’avez-vous particulièrement appris chez Netjets?

Netjets m’a permis de joindre mes compétences techniques et commerciales de l’aviation de ligne, au service personnalisé de l’aviation d’affaire.
Le tout dans un environnement social multiculturel européen, au service de Clients aux cultures et aux attentes les plus variées.

Vous faites partie d’un cercle très fermé de pilotes ayant été formés à l’aviation privée chinoise, pourquoi avoir été attiré par ce marché?

Le marché du transport aérien privé est depuis peu ouvert en Chine.
Le potentiel de développement est très important, mais l’organisation n’est pas là-même qu’en Occident et c’est une affaire de spécialiste.
J’ai aujourd’hui pu acquérir cette connaissance et fais partie de ceux qui souhaitent être de ses acteurs clés.

Avez-vous un projet dont vous aimeriez nous faire part?

Je suis une personne ouverte sur les autres, avec un grand sens de l’écoute, et un réel esprit d’entreprise. Aussi je suis au service de ceux qui souhaitent relever des défis et développer leurs entreprises vers de nouveaux marchés indispensables à leur croissance.

HAUTS ET BAS

Quel est votre piste d’attérissage d’avion ou d’hélicoptère préférée et pourquoi ?

J’aime les challenges, aussi venir se poser sur une piste courte et à la forte pente d’approche comme London-City par vent fort est toujours un exercice de concentration.
Mais le spectacle d’une approche à San-Francisco, aux Maldives, au cœur des Alpes à Samedan, ou en plein hiver au dessus du cercle Polaire est toujours magique.
Un rêve serait de venir se poser en hélicoptère sur l’hélipad du pont d’un Mega-Yacht.

Quel est votre meilleur souvenir de vol?

Un magnifique couché de soleil orangé dans une atmosphère très calme où l’on sent l’avion en croisière glisser dans l’air.
Un jeune couple de passagers sourd et muet qui effectuaient là leur premier vol et qui profitant de la porte de cockpit ouverte, se régalaient du spectacle, autant que nous.
Je me retourne vers eux et d’un signe amical de la main leur demande si tout va bien.
Les larmes d’émotions qui coulaient sur leurs joues de ce spectacle tellement merveilleux, alors qu’ils se tenaient la main tendrement, étaient alors la plus belle des réponses.

Quelle astuce pourriez-vous donner à un jeune pilote pour assurer le bon déroulement d’un vol ?

La sécurité toujours en règle d’or, l’anticipation, associée à une bonne communication avec ses collaborateurs et les clients, sont les garanties de la bonne gestion d’un vol.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu ?

Un bon Pilote est un vieux Pilote.
Autrement dit connaître ses limites et toujours rester humble de sa performance, en essayant toujours de s’améliorer.

En tant que pilote, quelle est la question que l’on vous pose le plus?

Ce doit être merveilleux de voir le soleil tous les jours.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

Prendre la quintessence de la technicité de l’avion, des outils à sa disposition et des moyens humains, de ses connaissances et de son expérience, pour emmener des Clients en toute sécurité, dans le confort avec un véritable sens du service, tout en gardant la maitrise des coûts.

Quelle est la chose que vous aimez le moins dans votre métier?

Lorsque les éléments météorologiques sont contre vous et que malgré tous vos efforts pour maintenir la sécurité, le confort et rassurer le Client, il ne peut ressentir alors qu’un vol en atmosphère agitée.

A BORD

Qui y-a-t-il dans votre sac de pilote?

Ma licence de vol, Mon passeport, un Smartphone pour rester en contact avec ma famille et mes amis, et surtout une envie forte que le vol à venir apporte toute la satisfaction au client.

Quel est votre avion préféré et pourquoi?

Un avion est comme un instrument de musique, tout le monde sait faire une note, mais pour jouer un concert, il faut en avoir une grande maitrise.
Chaque avion est élaboré pour une utilisation spécifique et il faut savoir l’aborder avec humilité, grand soin et une bonne connaissance de ses limites techniques.

Quel était votre dernier vol (départ et destination) ?

J’aime ce sentiment de partir au bout du monde un jour, et un autre de faire un saut de puce et s’apercevoir alors qu’il y a là un endroit merveilleux que l’on aimerait revenir visiter au plus vite.

FUTUR DE L’AVIATION

Comment voyez-vous l’évolution de l’aviation privée dans les 5 ans?

Il faut bien distinguer les différents marchés existants et les différents besoins des Clients.
Si l’Europe est en crise, les solutions sont sûrement dans le développement de synergies économiques et commerciales entre tous les continents.
Seule l’aviation d’affaire permet d’aller au plus prêt des opérateurs en apportant la variété de types d’avions nécessaires, la confidentialité, la souplesse et le gain de temps point à point aux Clients.
La capacité à attirer de nouveaux investisseurs, notamment depuis l’Asie vers les opérateurs de business jet Européens, permettra peut-être de créer un effet de levier pour assurer leur développement économique, tout en permettant à l’Asie de venir consommer sur notre continent.

Quel conseil pourriez-vous donner à quelqu’un qui souhaite devenir pilote de jet privé?

Acquérir de l’expérience de pilotage de base sur avion de tourisme, puis se structurer en aviation de ligne et notamment par la notion de maîtrise des coûts, afin ensuite de pouvoir être au plus près des attentes des Clients d’Aviation d’Affaire.

Quelqu’un qui vole par jet privé?

Les clients volant en jets privés sont le plus souvent de grands managers et donc savent immédiatement tirer la quintessence de leur équipage.
Toujours bien exprimer ses attentes, est le gage d’un service personnalisé.

Au cours de votre carrière, quel est le changement le plus important que vous ayez remarqué dans l’aviation ?

Un accroissement très important de la sécurité.
Une tendance à configurer les cabines d’avion d’affaires comme un appartement privé, avec une qualité proche du meilleur de l’industrie automobile.

DOSSIER PERSONNEL DE PILOTE

Quelle est la seule chose qui vous manque lorsque vous volez?

La présence de ma famille.

Que lisez-vous?

Je me passionne pour la créativité et la technicité développées dans la construction des Mega-Yachts.
Il faut toujours réfléchir au benchmarking sur d’autres secteurs d’activité, pour améliorer son offre au Client.

Si vous pouviez volez n’importe où aujourd’hui, où iriez-vous? Pourquoi ?

Un voyage en Patagonie, Terres australes et Galápagos, à la rencontre des richesses naturelles et des hommes.

Puisse que vous voyagez beaucoup, quel est votre hôtel préféré?

Se ressourcer dans le désert Egyptien, au sein de l’Oasis de Siwa, l’Eco-Hôtel Adrere Amellal.

Quelle est votre ville préférée?

Chaque ville à son caractère, mais venir à Manhattan est toujours magique.
Il en reste tant à découvrir.

Quelle voiture conduisez-vous?

Je rêve d’une voiture à la technologie nouvelle, qui saura régler la problématique de l’autonomie.

Lorsque vous voyagez sur un vol programmé êtes-vous le premier ou le dernier à monter dans l’avion ?

J’aime à monter en dernier, surtout sur un vol long courrier.
Cela donne l’impression de maitriser le temps.

Quelle est la chose que vous aimez le moins lorsque vous voyagez sur un vol programme?

La perte de temps entre l’arrivée dans l’aéroport et le moment où l’avion décolle enfin.

DEMANDEZ AU PILOTE

twitterSi vous avez des questions à poser à nos pilotes, contactez-nous ou envoyez-nous un directement votre question via PrivateFly avec le hashtag #askthepilot.